Notre alimentation peut-elle influencer l’environnement ?

Entre la production et l’acheminement des denrées alimentaires et le contenu de notre assiette, il y a environ 28% d’émissions de gaz à effet de serre. En conséquence, la lutte contre le réchauffement climatique passe par notre assiette et nos choix alimentaires.

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

L’empreinte carbone est une unité de mesure. Elle sert à mesurer la quantité d’émissions de CO2 qu’émet une personne par ses activités en rapport avec le logement, les transports, les habitudes de consommation, l’alimentation, etc. L’empreinte carbone est donc un indicateur permettant de limiter l’impact négatif de nos consommations en modifiant certaines de nos habitudes.

Comment réduire son empreinte carbone via l’alimentation ?

Il faudrait notamment :

  • réduire considérablement notre consommation de viande, l’élevage étant particulièrement gourmand en espace (pour faire paître le bétail et surtout produire les aliments pour le nourrir) et entraînant la déforestation. 
  • réduire de manière drastique le gaspillage alimentaire, 
  • promouvoir des régimes plus sains (à base de légumes et de fruits, notamment). 

Si de telles mesures étaient prises, cela serait bénéfique à la fois pour le bien-être des animaux, et pour les humains, qui bénéficieraient d’une meilleure santé. 

Les régimes les plus adaptées pour diminuer son empreinte carbone

Le régime végétarien exclut la consommation de viandes et de poissons sans exclure les aliments issus d’animaux tels que le lait et le miel. En revanche, le régime vegan exclut toute consommation d’aliments issus d’animaux. 

Le flexitarisme est formé par les mots «flexible» et «végétarien», il consiste à ne manger qu’occasionnellement de la viande et du poisson. Les flexitariens réduisent leur consommation de viande par souci du bien-être animal et pour préserver l’environnement. Le flexitarisme s’accompagne aussi d’une plus grande prise en compte de la qualité des aliments. Les flexitariens sont nombreux à manger  bio et local, et à faire attention à consommer des fruits et légumes de saison. Pour un flexitarien, mieux vaut donc acheter une belle pièce de viande par semaine chez un producteur local, que manger trois ou quatre steaks achetés en supermarché. 

Bien manger permet d’améliorer notre santé et de protéger notre planète.

Si raisonner sa consommation de viande et augmenter sa consommation de céréales, fruits, légumes, légumineuses sont des solutions efficaces pour réduire l’empreinte carbone, c’est aussi meilleur pour la santé. 

Notre alimentation peut-elle influencer l’environnement ?
Tagged on:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *Captcha loading...